Sous le soleil d’Afrique du Sud…

En 2005, deux jeunes allemands font connaissance. Ils étaient venus chacun de leur côté en qualité de conseiller pour des projets agricoles différents, dans ce pays où les agriculteurs doivent lutter contre une grande sécheresse et d’autres problèmes croissants pour s’adapter aux changements climatiques. Lors d’un échange technique, les deux personnages constatent rapidement qu’ils s’activent et pensent exactement pareil. Le gros problème de l’agriculture d’aujourd’hui est à leurs yeux la dégradation progressive des sols, dans le monde entier – et il faut faire quelque chose. L’ingénieur agronome et botaniste Jan Ritter, à Balingen dans le Bade-Wurtemberg, travaille déjà depuis longtemps sur l’idée d’un produit à base de plantes pour améliorer les sols. Jacob Paul Bussmann, ingénieur forestier et spécialiste de l’environnement à Osnabrück en Basse-Saxe le rejoint et ils poursuivent ensemble l’idée jusqu’à ce qu’elle prenne des formes concrètes : qu’en serait-il d’un enrobage durable de la semence qui donnerait à chaque graine dans la mesure du possible tout ce dont elle a besoin pour un démarrage sain dans le champ, rendrait les plantes plus résistantes dès le départ, empêcherait l’attaque des champignons et l’apparition des maladies et qui du même coup améliorerait les sols ?

Les premiers essais sont aussitôt effectués sur place et donnent des résultats positifs. Les deux hommes créent une société en Afrique du Sud, mais constatent rapidement qu’il va être extrêmement difficile de réussir à la développer dans les conditions locales. Mais ils ne veulent pas abandonner leur objectif. Ils rentrent donc en Allemagne. Jan approfondit la recherche et le développement, Jacob construit obstinément un réseau de chercheurs dans les grandes écoles d’Osnabrück et d’Oldenburg ainsi que dans différents instituts spécialisés et entreprises commerciales. Il recherche des moyens de financement.

Et ça avance. Le ministère fédéral de l’Economie et de l’Energie a octroyé à la start-up SeedForwardune bourse « Exist-Gründerstipendium » (bourses pour les starts-up innovantes) au début de l’année 2017, d’autres subventions dans le cadre du programme européen d’accélération Climate-KIC sont mises en place et à la fin de l’année SeedForwardreçoit du ministère fédéral de l’Environnement le prix StartGreen créé dans le cadre des Initiatives climatiques nationales. Ritter et Bussmann voient bien qu’ils sont sur la dernière ligne droite. La toute jeune fondation Aloys & Brigitte Coppenrath choisit SeedForward pour premier bénéficiaire.

Et le projet avance encore, même s’il y a toujours de nouveaux obstacles à surmonter. Un investisseur stratégique prometteur surgit subitement, et de nouveaux partenaires sont finalement trouvés. Puis, vient le jour à partir duquel, lorsque le téléphone sonne, ce ne sont pas seulement des personnes du réseau ou des institutions de financement qui appellent,  mais aussi des représentants de grandes entreprises qui sont devenus curieux.

Pendant ce temps, la formule de l’enrobage de semence n’a cessé d’être améliorée à l’aide des nombreuses expériences et des essais de terrain à grande échelle ont donné en été 2018 des résultats tellement bons que le plus grand marchand de semences d’Allemagne L. Stroetmann est entré dans le projet et a intégré MAISGUARD, le premier produit de SeedForward,dans son catalogue au printemps 2019.

Et on continue d’avancer…